C'est l'un de mes romans préféré d'Amélie Nothomb.

Hirondelle cherche par tous les moyens à protéger son journal qui intéresse des personnes dangereuses.

Ce qui m'a bouleversée, c'est quand Lui mange le journal d'Hirondelle pour éviter que les méchants le lisent et s'en emparent.

"Avec Hirondelle, l'histoire avait mal commencé, mais elle se termine au mieux puisqu'elle ne finit pas. Je meurs de l'avoir mangée, elle me tue dans mon ventre, en douceur, d'un mal aussi efficace que discret. Je trépasse main dans la main puisque j'écris : l'écriture est le lieu où je suis tombé amoureux d'elle. Ce texte s'arrêtera au moment exact de ma mort."

Je trouve cela beau, comme un acte d'amour de protéger un écrit, souvent intime ou du moins personnel, tel qu'un journal.

Un journal, c'est une part de nous que nous ne souhaitons pas dévoiler, prêter ou encore moins donner. S'accaparer un journal sans l'autorisation de son auteur, c'est comme une violation.

Amélie Nothomb décrit avec violence les sentiments et les actes de protection pour sauver le Journal d'Hirondelle.

Amélie Nothomb, Journal d'Hirondelle - Le Livre de Poche, 2008

HIRONDELLE